Saulieu, du XIe au XXIè siècle, une visite de Patrimoine et Environnement du 9 novembre 2019

Rendez-vous était donné devant l’ours blanc de François Pompon, en face du relais Bernard Loiseau, l’hôtel de la Côte d’Or. Le groupe réuni par Patrimoine et Environnement Bourgogne-Franche-Comté se retrouve immédiatement plongé dans l’histoire de Saulieu et de ses célébrités, accompagnés par Catherine Gras qui nous fera découvrir cette belle ville.

A l’origine Sidolucum, sur la voie Agrippa entre la Méditerranée et Boulogne, l’implantation de la ville de Saulieu remonterait à la préhistoire ; les saints Andoche et Thyrse y ont été martyrisés au IIe siècle et on y a retrouvé des stèles gallo-romaines des IIIe et IVe siècles. Notre visite commence par les petites rues, les souvenirs du sculpteur Pompon, les maisons à pans de bois et de très belles statues au hasard des façades ; puis la basilique Saint-Andoche dont la ville fête les 900 ans. Nous pouvons y admirer ses nombreux chapiteaux, ses stalles en chêne du XIVe siècle, de nombreuses statues du XVe au XIXe siècles. L’espace de médiation créé à l’intérieur de la basilique permet à chacun d’approfondir les éléments de cette visite.

Après un repas réconfortant à l’hôtel de la poste, nous partons pour le musée François Pompon ; toujours avec les explications de Catherine, nous découvrons des souvenirs de l’époque gallo-romaine et des objets d’art sacré, dont l’évangéliaire de Charlemagne, manuscrit du XIIe siècle. Bien sûr de nombreuses œuvres du sculpteur François Pompon qui illustrent sa vie d’artiste ; le musée présente aussi quelques reconstitutions de la vie morvandelle et les arts et traditions populaires, la vocation de Saulieu comme étape gastronomique avec Alexandre Dumaine et Bernard Loiseau ; et une belle exposition des artistes animaliers Valérie Glasson et Jürgen Lingl-Rebetez.

La nuit tombe déjà quand nous nous dirigeons vers l’église Saint-Saturnin (XIIIe – XIXe siècle) dont le cimetière abrite la tombe de Berthe et François Pompon surmontée d’une copie du Condor, œuvre du sculpteur.

Après cet adieu au sculpteur il est temps de regagner les voitures et de remercier Catherine pour le temps et l’énergie qu’elle nous a consacrés, et les organisateurs pour cette belle journée passionnante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *